Mesures conservatoires prises le dimanche du signalement

Le dimanche 28 avril 2019 un incendie s’est déclenché dans un cagibi au troisième étage d’un immeuble dont nous sommes syndic de copropriété dans le 9ème arrondissement de Paris.

Les flammes ont endommagé l’ensemble du local et ont fait fondre une descente d’évacuation des eaux vannes en PVC. La fumée a endommagé les parties communes des étages supérieurs. Pour permettre l’évacuation de celle-ci, les pompiers ont brisé la verrière au dernier étage de l’immeuble.

Prévenu de la situation par téléphone le dimanche, notre service d’astreinte a fait intervenir le dimanche un plombier qui a coupé l’eau pour limiter les désordres liés à la fonte de la descente en PVC, et réalisé un devis de réparation de celle-ci à notre demande.

Réparations, chiffrages et saisine de l’assurance réalisés le lundi

Le lundi matin le responsable technique d’Homeland s’est rendu sur place, a réalisé un reportage photos que nous avons transmis à l’assurance, et validé le devis du plombier avec l’accord de cette dernière.

Le jour même, nous avons fait débarrasser les débris de verre armé, fait nettoyer les parties communes (dépôt de la moquette qui était gorgée d’eau), mis en place une bâche de protection faisant office d’étanchéité au niveau de la verrière du dernier étage et fait intervenir une entreprise pour chiffrer la réfection des parties communes (peinture, sol, électricité), que nous avons fait suivre à l’assurance pour intervention d’un expert.

Prise en charge de l’assurance dans la semaine

Insistant auprès de la compagnie d’assurance sur l’urgence de la situation, l’expert d’assurance s’est rendu sur site en 72h. Il avait déjà en main tous les devis réalisés par les entreprises mandatées par nos soins pour lui permettre de se positionner rapidement (près de 35 K€ de dommages constatés). L’expert s’est engagé à prendre en charge l’intégralité des dommages mais par précaution nous avons contacté un expert d’assuré à qui nous avons transmis tous les éléments en notre possession. Après un rendez-vous sur site, il nous a confirmé la justesse de l’estimation des dommages et nous a indiqué qu’il n’aurait pas obtenu une indemnité supérieure s’il avait été mandé sur ce dossier. L’assurance nous a versé les fonds sous 10 jours et les travaux de réfection intégrale des parties communes ont été achevés dans un délai d’un mois, sans que les copropriétaires n’aient eu à financer un euro.