Contracter un crédit immobilier dans une copropriété ou en tant qu’individu, ce n’est pas la même chose. En effet, le crédit collectif n’est pas tout à fait soumis aux mêmes règles et ne s’envisage pas comme un prêt personnel. Dans cet article, découvrez toutes les astuces relatives au crédit immobilier en copropriété.

Comment se préparer pour le crédit collectif ?

Si les conditions d’attributions du crédit collectif sont un peu plus souples que le prêt personnel (notamment grâce au décret d’application de la loi Warsmann de mars 2013 relative à l’emprunt collectif dans une copropriété), il demande tout de même un peu de préparation.

Effectivement, lorsqu’une banque prête de l’argent, elle consent à prendre un risque en vue d’un profit hypothétique. De ce fait, le prêt est toujours une négociation entre l’organisme prêteur et l’emprunteur (ici la copropriété) et comme toute négociation, mieux vaut être préparé.

Faire une simulation de crédit immobilier

Comme pour un crédit personnel, mieux vaut faire une simulation de sa capacité d’emprunt avant de contracter un crédit collectif. Faire une simulation de crédit immobilier peut se faire ici, cette simulation de prêt immobilier est gratuite.

Bien que le crédit collectif ne repose pas directement sur votre solvabilité, il est tout de même conseillé de se préparer (simulation, création d’un budget, etc.) comme pour un prêt classique. Cela permet de prévenir les éventuels défauts de paiement qui pourraient vous compliquer la vie ainsi que celle de la copropriété.

Avoir recours à un courtier immobilier

Pour éviter tout litige entre les membres de la copropriété, il est préférable de solliciter un tiers pour négocier le meilleur crédit auprès des banques. Si vous cherchez le meilleur courtier immobilier gratuit, vous le trouverez sur le web grâce aux avis des internautes.

En plus de trouver le meilleur taux de prêt pour toute la copropriété, le courtier est habitué à négocier auprès des banques. C’est donc une solution idéale si personne ne se sent d’aller défendre le projet devant un organisme de crédit. Concrètement, en faisant jouer la concurrence et grâce à sa connaissance du marché, le courtier représente un vrai gain de temps et d’argent.

Pour les honoraires, ce dernier peut être rémunéré par les banques (1% du prêt) ou par l’emprunteur (entre 600€ et 1500€ en moyenne). Toutefois, les emprunteurs n’ont pas à débourser quoi que ce soit avant d’avoir contracté un crédit ce qui permet d’aérer les finances.

Les spécificités de l’emprunt collectif en copropriété

Il est vrai que le crédit collectif n’est pas tout à fait un crédit comme les autres. En effet, puisqu’il n’y a pas qu’un seul emprunteur, les modalités d’attribution et de paiement du prêt sont légèrement différentes. De ce fait, nombreux sont ceux qui ignorent comment fonctionne ce crédit.

Est-on obligé de participer à un crédit collectif ?

Le crédit collectif est une décision votée en Assemblée Générale afin de financer des travaux dans les parties communes (le plus souvent). Ce prêt s’adresse aux copropriétaires qui ne peuvent financer la part des travaux que l’on attend d’eux.

Néanmoins, il n’y a aucune obligation de faire partie de ce crédit. Si un copropriétaire souhaite s’acquitter de l’ensemble des charges qu’on lui réclame immédiatement, il est en droit de le faire et ne participera donc pas au crédit collectif.

Pour en apprendre davantage sur l’emprunt collectif en copropriété, n’hésitez pas à suivre ce lien.

Comment contracter un crédit collectif ?

Lors d’un crédit collectif, c’est la copropriété, par l’intermédiaire de son syndic, qui se charge de la négociation avec l’organisme bancaire. C’est également la copropriété qui doit solliciter ses membres pour lever les fonds. Elle doit s’assurer que le crédit collectif sera bien remboursé en veillant à ce que tous les copropriétaires paient leur part.

Si d’aventure un des membres ne s’acquitte pas de son obligation de paiement, la copropriété doit veiller à ce que les autres propriétaires financent la somme manquante. Par la suite, elle pourra forcer le non payeur à rembourser les sommes avancées (en allant jusqu’à vendre son lot dans la copropriété si besoin).

Bien que les banques aient de plus en plus tendance à délaisser le crédit collectif au service du prêt individuel, ces dernières hésitent rarement à octroyer un prêt à une copropriété. Effectivement, la possibilité de vendre le bien immobilier des participants en cas de non paiement rend le crédit collectif assez fiable pour l’organisme de prêt.