Actualites

Réponse à l'article de l'ARC "Le contrat Homeland devient moins intéressant après une lecture plus approfondie"

March 31, 2021
Le 5 novembre 2019, l'ARC a publié un article dans sa rubrique "Abus de la semaine", qualifiant notre offre de "low-cost" et sous entendant des pratiques de facturation opaques. Malgré de nombreuses tentatives pour les joindre et leur démontrer que leurs allégations sont fausses ou a minima exercer un droit de réponse, ceux-ci ne nous ont jamais répondu et maintiennent inchangé cet article qui contient beaucoup d'approximations et de fausses informations. Nous venons donc exercer notre droit de réponse légitime à cet article.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, l'ARC est une association à but lucratif qui s'efforce notamment de dénoncer les manquements des syndics sur son site dans sa rubrique "Abus de la semaine".

Elle met parfois en lumière de véritables abus commis par des syndics, ce qui est une bonne chose pour dénoncer les dérives de certains acteurs de ce secteur.

Mais elle dénonce aussi parfois des syndics sans fondement réel et sans vérifier la véracité de ses allégations, comme c'est malheureusement le cas avec cet article sur Homeland.

Nous tenons donc à y apporter des éléments de réponses.

Loin d'être un syndic "low-cost", nous proposons une offre de syndic haut de gamme qui repose sur une équipe de professionnels expérimentés, appuyés par des logiciels internes performants et une organisation innovante qui permettent d'offrir davantage de services tout en maîtrisant les coûts

L'ARC nous qualifie dans son article de syndic "low-cost", ce qui renvoie à une offre de services limitée pour des prix cassés.

Au contraire, nous proposons une offre haut de gamme à nos copropriétés, avec un bouquet de services totalement inédit, grâce à nos logiciels internes et à notre organisation innovante :

  • accueil téléphonique 24/7,
  • un(e) référent(e) dédié(e) à la copropriété,
  • la disponibilité de spécialistes en matières de comptabilité, travaux, contentieux, RH et sinistres,
  • un extranet alimenté en temps réel avec les éléments comptables et le suivi des projets pour un maximum de transparence.

En outre, contrairement à un syndic low-cost, Homeland ne casse pas les prix contrairement aux allégations de l'ARC. Si notre tarif est dans la fourchette basse du marché, il est généralement au niveau des tarifs proposés par les autres syndics, comme nos prospects et clients peuvent le constater.

Si notre forfait est la plupart du temps moins cher que le forfait du syndic en place, c'est souvent parce que celui-ci a augmenté régulièrement ses honoraires depuis plusieurs années.

Des facturations transparentes et annoncées en amont, correspondant à un travail réel qui contribue à valorise le patrimoine de nos clients, et dont le fruit est consultable en temps réel sur notre extranet

L'ARC nous reproche ensuite de facturer les prestations exceptionnelles (qui ne sont pas comprises dans le forfait de gestion courante encadré par loi ALUR) au temps passé, plutôt qu'avec un forfait défini à l'avance dans notre contrat.

  1. Il nous paraît plus juste de procéder ainsi, car il serait arbitraire de fixer un prix pour des prestations pour lesquelles il est impossible de définir la quantité de travail nécessaire en amont. Un abus consisterait plutôt à fixer un prix élevé dans le contrat puis à encaisser des honoraires disproportionnés alors que la prestation a été traitée en quelques minutes.
  2. Notre tarification hors forfait ne laisse pas de place aux abus car nous facturons au quart d'heure entamé et détaillons très précisément chaque prestation facturée. En outre, le CS peut contrôler en temps réel sur l'extranet nos factures et les actions que nous menons dans le cadre des dossiers exceptionnels qui nous sont confiés.
  3. Notre tarif horaire fait partie des plus bas du marché : 120 € TTC / heure sans majoration pour horaire tardif, en contrepartie du temps de travail de spécialistes, ce qui a une vraie valeur pour nos clients.

A titre d'exemple, les prestations exceptionnelles de notre service juridique permettent d'éviter d'avoir recours à un avocat pour le même travail et donc de réaliser des économies (120 € TTC / heure de notre service juridique contre 250 € TTC / heure en moyenne pour un avocat).

L'ARC nous reproche également de faire croire que nous offrons des prestations qui sont de toute façon incluses dans le forfait. Cette position est surprenante de leur part car ils sont bien conscients que le contrat type loi ALUR nous oblige à chiffrer ces prestations, que nous fixons à 0 euros. L'abus consisterait ici à les facturer alors qu'elles sont obligatoires...

Des contrats sur mesure dont le nombre de visites et de réunions sont fonction de la taille et des attentes de la copropriété

L'ARC prétend que nous réduisons nos prestations contractuelles au minimum, afin de contraindre les copropriétés à commander des prestations complémentaires qui seraient facturées.

  1. Cette information est fausse car nous adaptons ces variables (nombre de visites, réunions avec le CS, durée de l'AG, etc.) aux copropriétés en fonction des demandes des copropriétaires qui nous consultent. Ainsi notre contrat peut prévoir autant de visites et de réunions que le souhaitent nos clients, comme peuvent le constater les copropriétés qui nous consultent pour obtenir un devis.
  2. Notre organisation nous permet de traiter l'essentiel des dossiers par mail et téléphone, pour une meilleure réactivité et sans surcoût pour la copropriété (le temps passé au téléphone ou par mail avec les copropriétaires n'étant pas facturé).
  3. Le CS peut contrôler en temps réel nos actions et la compatibilité sur notre extranet, ce qui permet de limiter les réunions physiques qui sont d'ailleurs plus contraignantes pour le CS.

La disponibilité de nos équipes et la transparence permise par notre extranet permettent donc de réduire nos déplacements et nos coûts, tout en limitant notre empreinte écologique.

Nous sommes convaincus que ce modèle est plus efficient que le modèle des syndics difficilement joignables qui multiplient les visites sur place sans qu'elle soient forcément suivies d'actions.

L'ARC conclut son article par "nous n’avons pas abordé dans cet article la question de l’efficacité de ce type de syndic." C'est bien là le problème, l'ARC juge notre contrat sans avoir testé notre offre et en prenant pour référentiel les méthodes de travail des syndics traditionnels, à savoir :

  • accueil téléphonique sur des plages horaires restreintes et disponibilité limitée,
  • extranet peu alimenté voire inexistant,
  • un(e) gestionnaire pour gérer tous les dossiers travaux, sinistres et litiges de la copropriété, en plus de l'organisation des AG et de la gestion courante.

A l'inverse, chez Homeland :

  • nous répondons au téléphone 24/7,
  • toutes les informations sur la comptabilité et les projets sont disponibles en temps réel sur l'extranet,
  • en plus des référents, notre équipe compte des spécialistes travaux, contentieux, sinistres, comptabilité et RH, pour plus de réactivité et de disponibilité.

Nous espérons que ces explications, que nous n'avons pas pu fournir à l'ARC qui a choisi de ne jamais répondre à nos nombreuses sollicitations, clarifierons le fait qu'Homeland est un syndic haut de gamme, avec une tarification transparente et proposant des contrats sur mesure à nos clients, contrairement aux allégations de l'ARC.

Derniers articles

Demandez le meilleur
pour votre copropriété,
choisissez Homeland
Demandez un devis